• Mon coaching
  • Vous souhaitez améliorer votre épargne
  • Session 2

Lancez
votre entreprise en gardant votre statut de salarié

Vous avez un projet en tête, non seulement, pour votre avenir professionnel mais aussi pour améliorer vos revenus. Néanmoins, vous ne souhaitez pas vous lancer, tête baissée, et prendre le risque de quitter votre emploi en créant votre entreprise.

Grâce au statut d’auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur, les formalités sont simplifiées et vous avez la possibilité de tester votre activité, tout en conservant votre statut de salarié.

Pour réussir, il vous faut affiner votre projet au maximum. Avant de lancer votre projet, réalisez une petite étude de marché et un prévisionnel où vous indiquez les charges que vous aurez, et surtout les revenus que vous espérez.

Découvrez les articles sur le sujet :

  • Auto-entrepreneur : trouvez les bons financements pour démarrer !

    Auto-entrepreneur,
    trouvez les bons financements pour démarrer !

    Vous êtes auto-entrepreneur ? Découvrez les aides financières qui peuvent vous être accordées pour le bon démarrage et la croissance de votre activité : prêt d’honneur, Nacre et prêt à taux zéro.

    Auto-entrepreneur et aides financières

    Comme auto-entrepreneur, vous pouvez bénéficier d’aides financières pour votre activité. © Hero Images/GettyImages

    • Quels organismes viennent en aide aux auto-entrepreneurs ?

      Certains organismes, comme le Réseau Entreprendre ou l’association Initiative France peuvent vous aider à créer votre entreprise. Ils accordent des prêts d’honneur aux porteurs de projets qui ont besoin d’un coup de pouce financier au démarrage.

    • Qu’est-ce qu’un prêt d’honneur ?

      C’est un prêt accordé sans garantie ni intérêts aux créateurs d’entreprise porteurs d’un projet entrepreneurial à fort potentiel de développement. Après étude du projet et sélection, vous pouvez bénéficier d’un prêt allant de 2 000 à 25 000 euros (jusqu’à 90 000 euros pour un projet innovant). Le prêt est alors remboursable sur une durée de deux à cinq ans.

    • Pourquoi le prêt d’honneur est-il un levier auprès des banques ?

      L’obtention d’un prêt d’honneur renforce la crédibilité de votre projet d’entreprise car il est accordé par un jury de professionnels. Il facilite l’obtention de prêts bancaires complémentaires pour lancer votre activité, ou la développer. Pour 1 euro symbolique de prêt d’honneur, les banques accordent généralement entre 5 et 7 euros de financement complémentaire.

    • Existe-t-il des financements spécifiques pour auto-entrepreneurs ?

      Oui. L’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) aide les créateurs d’entreprise exclus du marché bancaire : demandeurs d’emploi, bénéficiaires de minima sociaux… Elle finance les projets de création de micro-entreprise à hauteur de 10 000 euros maximum, remboursables en quatre ans.

    • Comment obtenir un prêt classique quand on démarre ?

      Certaines structures se portent garant des crédits souscrits par les créateurs d’entreprises auprès des banques. La banque publique d’investissement Bpifrance peut garantir jusqu’à 60% de leur montant, l’association France Active facilite jusqu’à 45 000 euros pendant cinq ans. Le Fonds de garantie à l’initiative des femmes garantit aussi les prêts bancaires des femmes créatrices d’entreprise.

    • Qu’est-ce que le dispositif Nacre ?

      Nacre signifie, Nouvel accompagnement à la création ou la reprise d'entreprise. C’est un dispositif pensé par les pouvoirs publics pour soutenir les auto-entrepreneurs. Il comprend une aide au montage du projet, à sa structuration financière et un soutien au démarrage de l’activité. Le créateur est épaulé pendant au moins trois ans par un organisme conventionné. Il peut bénéficier d’un prêt à taux zéro de 1 000 à 8 000 euros, remboursable en cinq ans, pour compléter un financement classique.

    • Qui peut en bénéficier ?

      Le dispositif Nacre est réservé aux :

      • chômeurs indemnisés
      • chômeurs non indemnisés inscrits depuis au moins six mois au cours des dix-huit derniers mois
      • bénéficiaires du RSA, de l'Allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l'Allocation temporaire d'attente (ATA)
      • jeunes de 18 à 25 ans
      • jeunes de moins de 30 ans reconnus handicapés ou non indemnisées par l'assurance chômage
      • salariés repreneurs de leur entreprise en redressement ou liquidation judiciaire
      • personnes créant une entreprise dans une zone urbaine sensible
      • bénéficiaires du complément libre choix d'activité
  • Auto-entrepreneur et salarié : comment déclarer vos revenus ?

    Auto-entrepreneur et salarié :
    comment déclarer vos revenus ?

    Vous êtes salarié ET auto-entrepreneur et avez besoin d’aide pour déclarer vos revenus ? Démarche, frais réels, paiement à la source… Nous vous expliquons tout ce que devez savoir et la marche à suivre pour une déclaration d’impôts en toute sérénité. Suivez le guide !

    1. Comment déclarer vos salaires d’auto-entrepreneur et de salarié ?

      Vous devez déclarer vos salaires d’auto-entrepreneur et de salarié dans votre déclaration d’ensemble des revenus n° 2042, dans la rubrique « Traitements et salaires ». Ils seront soumis au barème progressif de l’impôt après déduction d’un abattement forfaitaire de 10 % pour frais professionnels.

      Pour les salaires de 2016, l’abattement de 10 % minimum est fixé à 426 euros et l’abattement maximum à 12 183 euros.

       

    2. Quelle option pour les frais professionnels réels ?

      Auto-entrepreneur et salarié, vous pouvez choisir de déduire les frais réalisés pour assurer votre travail (achat de costume, par exemple), autrement appelés frais réels. Vous devez inscrire leur montant sur la même déclaration et l’administration fiscale les déduira de vos salaires imposables. Seul le reliquat sera soumis au barème de l’impôt. Pour les frais liés à votre véhicule, vous pouvez les évaluer grâce au barème kilométrique publié chaque année par l’administration fiscale.

    3. Comment déclarer vos bénéfices d'auto-entrepreneur ?

      Pour votre chiffre d’affaires d’auto-entrepreneur, une déclaration complémentaire n° 2042 C-PRO est nécessaire. La case à remplir dépend de la nature de votre activité. Son montant sera soumis au barème progressif de l’impôt après déduction d’un abattement forfaitaire de 34 %, 50 % ou 71 % selon le cas. Joignez cette déclaration à votre déclaration d’ensemble des revenus n° 2042.

    4. Comment faire pour payer l'impôt à la source ?

      Sous conditions de revenus, vous pouvez opter pour l’application du versement fiscal libératoire sur votre chiffre d’affaires d’auto-entrepreneur. Vous êtes alors imposé à la source et vos bénéfices échappent à l’impôt l’année suivante. Vous devez malgré tout déclarer votre chiffre d’affaires sur la déclaration complémentaire n° 2042 C-PRO. L’administration fiscale en tiendra compte pour calculer le taux d’imposition des autres revenus de votre foyer fiscal.

    5. Le paiement des prélèvements sociaux

      Vous payez la CSG et la CRDS sur vos salaires chaque mois ? Alors, vous êtes soumis au régime microsocial en tant qu’auto-entrepreneur. Le taux global de vos cotisations sociales intègre aussi la CSG et la CRDS, il est donc inutile de reporter ces revenus dans les cases des déclarations n° 2042 et n° 2042 C-PRO relatives aux revenus à imposer aux prélèvements sociaux.
      Inutile également de remplir la case 5HY située page 4 de la déclaration n° 2042 C-PRO, rubrique « Revenus à imposer aux prélèvements sociaux ».

Poursuivre mon coaching

Vous pouvez également retrouver les conseils que vous avez déjà consultés

Retrouver les conseils

Astuces monabanq

Vous vous lancez dans un projet professionnel ? Nous vous accompagnons avec notre compte bancaire auto-entrepreneur.


C’est 0€ de revenus minimum exigé pour ouvrir votre compte