Il n’y a pas d’âge pour
la reconversion professionnelle

Dernière modification : 09/04/2018

Vous avez 30, 40 ou 50 ans, vous êtes concerné par la reconversion professionnelle. Forcée ou choisie, elle touche toutes les générations d’actifs et implique des enjeux différents selon votre tranche d’âge.

Reconversion professionnelle

La reconversion professionnelle touche toutes les générations d’actifs avec des enjeux différents selon les tranches d’âge. © Geber86/iStock

L'essentiel

  • La réorientation professionnelle s’envisage à tout âge
  • Chez les jeunes, on parle de « reconversion précoce »
  • A la quarantaine, de nombreuses raisons poussent à la reconversion
  • Les quinquas en quête de reconversion affluent, par obligation ou par choix
  • L’âge la reconversion entraîne des enjeux différents

La reconversion précoce des 25-30 ans

Vous approchez la trentaine. Vous envisagez de changer de voie pour acquérir de nouvelles expériences ou tout simplement, vous ne souhaitez plus cumuler des stages ou des contrats courts. La profession, à laquelle vous vous destiniez, ne vous convient pas. A 25-30 ans, vous vous posez la question d’une « reconversion précoce ». Un phénomène en plein essor. 14 % des jeunes diplômés Bac + 5 ont changé d’orientation professionnelle en 2015 (source : Apec).

Le tournant de la quarantaine

Les motivations sont différentes avec l’âge. Vous êtes âgé de 40 ans, votre reconversion professionnelle est le fruit d’une réflexion plus générale. Un pic de réorientation est d’ailleurs observé chez les actifs âgés de 40 à 45 ans. Vous vous interrogez sur le sens de votre travail. Vous craignez de vous retrouver en manque d’opportunités d’évolution. C’est le moment ou jamais d’entreprendre, de réaliser un projet abandonné plus jeune.

Les quinquas, par obligation ou passion

Le taux de chômage des seniors bat des records : 1,2 million de personnes de plus de 50 ans en catégories A et B en mai 2016 (Source : Insee). Ils forment le gros des troupes des chômeurs de longue durée. Pourtant, l’heure de la retraite est loin de sonner. Si vous êtes dans ce cas, privilégiez une reconversion ou une réorientation professionnelle, soutenue par un parcours de formation accompagné par Pôle Emploi. Cette solution vous aidera à vous adapter au monde du travail. Vous pouvez également vous reconvertir si vous faîtes partie de ces quinquagénaires en activité, désireux tout simplement de changer de voie, pour profiter de votre dernière décennie de travail mêlée de plaisir et de passion.

30, 40 ou 50 ans, mesurez les enjeux

Côté reconversion professionnelle, tout dépend de votre âge ! Les problématiques varient à 30, 40 ou 50 ans. Si vous êtes jeune, vous mettrez en avant votre dynamisme. Néanmoins, vous pouvez avoir plus de mal à financer votre reconversion : moins d’épargne, moins d’heures de formation acquises, CIF inactivé… A l’inverse, si vous êtes plus âgé, vous valorisez votre expérience du monde du travail et de la vie. En revanche, vous devrez peut-être affronter des préjugés tenaces sur votre motivation, votre absence de flexibilité… Vous devrez prouver que vous pouvez apporter une réelle valeur ajoutée à l’entreprise. En cas de reconversion, comme vous êtes mieux installé dans la vie, vous aurez davantage d’opportunités côté épargne, formation, etc.