Interview : Maxime Pekkip (Crésus), les conseils pour bien gérer son budget

Dernière modification : 19/02/2018

Si vous souhaitez retrouver des finances saines, il est essentiel d'appliquer certaines bonnes pratiques pour ramener votre budget à l'équilibre, comme l'explique Maxime Pekkip, chargé de mission prévention pour Cresus, association d'aide aux personnes en difficulté financière.

  • Quels sont les réflexes à avoir lorsque surviennent les premières difficultés financières ?

    Il existe plusieurs manières de gérer cette problématique. Le premier conseil, que la plupart des gens savent déjà, est de jouer sur le budget alimentaire. Or, ici, on touche à un problème de notre société en général qui est le non recours. Quand une personne a des droits, des capacités à avoir des aides, elle ne le demande pas. Pourquoi ? Car la plupart des gens ne savent pas qu’ils y ont droit. Pour cela, il existe des outils comme par exemple mes aides.gouv.fr. Une enquête sociale est effectuée en ligne sur le bénéficiaire afin de pouvoir détecter ses droits et augmenter ses capacités de revenus. Ensuite, il existe d’autres postes. Là où il y a le plus d’efforts et de gains à obtenir sur un budget, ce sont les postes financiers : assurances, crédits, structuration de la dette, et la fiscalité avec les impôts. Par exemple, beaucoup de personnes ignorent qu’elles peuvent demander une exonération totale de leur taxe d’habitation si elles sont en dessous du revenu fiscal de référence.

  • Quels sont les postes de dépenses où l’on peut réaliser des économies ?

    Cela va être des assurances et garanties qui s’empilent. Souvent, les personnes sont gavées et ont 5-6 contrats de garantie de la vie. Elles ont des garanties juridiques qui pourtant sont déjà inclues dans l’assurance habitation. Et puis, elles ont aussi les charges contraintes, dont elles ne connaissent pas tout, comme un abonnement internet qui pourrait être moins cher ailleurs. Plus vous avez d’interlocuteurs, plus vous allez vous retrouver avec des actes d’achat. Et à chaque fois, ces produits et services vont être empilés.

  • Faut-il tout de suite faire part à sa banque de ses difficultés financières ?

    On pense souvent que faire part de ses problèmes à son banquier va nous mettre encore plus dans la difficulté, or, la banque a autant d’intérêt à connaître les difficultés de son client pour l’aider et surtout préserver l’argent qui lui a prêté.

  • Quels sont les signes d’une grande difficulté financière à venir ?

    Une grande difficulté financière à venir est symbolisée par des frais bancaires récurrents. On constate qu’une famille en difficulté a des frais bancaires de 120 euros par mois. Ces frais sont plafonnés à partir du moment où la banque est au courant. Encore une fois, il est vraiment nécessaire de prévenir sa banque de ses difficultés.

  • Pourquoi l’argent divise-t-il un couple ?

    Autant lorsqu’une personne est détectée en prévention du surendettement, on se retrouve avec une proportion de 62% de couples, autant quand une personne arrive trop tard et tombe en situation de surendettement, la moyenne de couples est de 30%. Comme la situation se dégrade, les personnes se fâchent, s’énervent et des conflits se créent, alors qu’en définitive, le problème est ailleurs.

  • Que faire quand on a trop de crédits ?

    Il ne faut pas oublier que vous êtes dans un environnement. Si vous êtes en difficulté, c’est à ceux, qui vous prêtent ou qui vous doivent de l’argent, de le comprendre. Ce n’est pas parce que vous êtes en difficulté que les autres ne peuvent pas vous aider, avec par exemple une pause paiement, un report de mensualité, un plan d’apurement, une restructuration pour son renouvelable, la mise en place d’un découvert plus important, la mise en place d’un découvert moins important… Vous avez un problème, il faut en parler. Selon les cas, vous pouvez parler à un avocat gratuitement, à votre banquier, à une assistante sociale, à un médiateur, ou bien à nous. Il faut le faire trop tôt plutôt que trop tard.

  • Existe-t-il un profil-type de personne en grande difficulté financière ?

    Contrairement aux idées reçues, la famille classique est ce que Crésus traite le plus. C’est-à-dire les personnes en couples qui ne sont pas divorcées avec des revenus moyens de 2 300 euros, avec ou sans enfant à charge. La plupart de ces personnes n’ont d’ailleurs pas d’enfant à charge, avec un âge moyen de 52 ans. On met souvent en avant les personnes avec des accidents de vie, or, ces personnes ne représentent que 20% des dossiers que nous traitons. La plupart des personnes que nous accompagnons, sont dans une situation d’impayés simplement à cause d’une déstructuration budgétaire. 70% des Français n’ont jamais fait de budget. Il faut connaître le budget alimentation, loisir et habillement. Il faut également connaître son budget en équipements financiers pour correctement se couvrir, et éviter de se couvrir trop et s’endetter trop.