Où placer son argent à 40 ans ?

Dernière modification : 02/02/2018

A 40 ans, il est temps pour vous de faire un premier bilan patrimonial. Vous voilà à l’âge idéal pour commencer à préparer sereinement l’avenir. Livret, épargne, assurance-vie, logement, vers quels placements orienter votre épargne ? Tout comprendre sur les placements financiers.

Plans d’épargne : où placer son argent ?

A la quarantaine, le choix de solutions pour placer son argent est large : assurance-vie, PEL, investissement durable… © shapecharge/iStock

L'essentiel

  • Le choix des placements dépend avant tout de votre capacité d’épargne
  • L’assurance-vie apparaît comme l’épargne la plus souple
  • L’investissement locatif bénéficie encore de dispositifs de défiscalisation intéressants
  • Différents plans d’épargne sont possibles en fonction de votre profil
  • Le financement participatif est une solution en pleine croissance

Placements et capacité d’épargne

Vous venez d’atteindre la quarantaine, souvent définie comme l’âge de la maturité, sur le plan professionnel comme personnel. Placer votre argent reste une question courante pour vous. Il n’existe pas de réponse unique. Tout dépend de votre situation. Êtes-vous en couple ou célibataire ? Avez-vous des enfants, des études à financer ? Remboursez-vous l’emprunt de votre résidence principale ?
Au-delà des réponses à ces questions, la première chose à faire est de calculer précisément votre capacité d’épargne mensuelle. Vous pourrez alors décider du ou des placement(s) à effectuer. Ils seront établis en fonction de vos objectifs : protéger vos proches, constituer un patrimoine immobilier, anticiper une baisse de revenus au moment de la retraite…
Côté placement, un conseil : ne jamais mettre tous vos œufs dans le même panier !

La souplesse avec l’assurance-vie

Vous vous orienterez sans doute vers l’assurance-vie, le placement privilégié par les épargnants. Cela n’a rien d’étonnant car ces contrats permettent de placer son argent, de percevoir des intérêts et de profiter (après huit ans) d’une fiscalité avantageuse. Vous aurez à choisir entre deux types de contrats : les fonds en euros, garantissant le capital et un taux d’intérêt minimum, ou les fonds en unités de compte, moins sécurisés mais permettant d’investir dans différentes classes d’actifs. N’oubliez pas que les contrats d'assurance-vie sont flexibles : aucune durée légale, plusieurs modes de gestion (libre, pilotée ou sous mandat) et des sommes toujours accessibles.

L’investissement immobilier avec le plan épargne logement et la défiscalisation

Si vous disposez d’une somme importante, d’un PEL ou de possibilités d’emprunt, l’investissement locatif s’avère être une solution intéressante pour vous. Avec le dispositif Pinel, reconduit pour 2018, vous bénéficierez éventuellement d’une réduction d’impôts de 12, 18 ou 21 % du prix d’acquisition de votre logement neuf, si vous louez votre logement pendant six, neuf ou douze ans.

Cette défiscalisation est soumise à certaines conditions comme le zonage, des plafonds de loyer et de ressources des locataires. Mais l’investissement locatif permet, d’une part, de percevoir des revenus mensuels ; d’autre part, de se constituer un patrimoine immobilier. Si vous n’êtes toujours pas propriétaire de votre résidence principale, l’investissement locatif peut vous aider à constituer un apport plus important et à obtenir à moyen terme un crédit à des conditions plus avantageuses.

En immobilier, vous pouvez aussi envisager d’investir dans une résidence services (hors résidences de tourisme depuis cette année) et bénéficier du statut loueur en meublé non professionnel, LMNP.

Des plans d’épargne plus ou moins prudents

A 40 ans, vous préférez faire fructifier votre capital dans un plan d’épargne et préparer ainsi sereinement votre retraite. Le plan d’épargne se présente sous différentes formes :

  • Le Plan d’épargne retraite populaire (PERP) reste un placement à long terme et présente des conditions avantageuses. Ainsi, les sommes versées sont déductibles des impôts, les versements peuvent être programmés ou libres. Le capital constitué peut être reversé sous forme de rente viagère ou de capital à hauteur de 20 %.
  • Le Plan d’épargne en actions (PEA) vous donne la possibilité d’investir jusqu’à 150 000 euros sur le marché des actions tout en bénéficiant d’avantages fiscaux après cinq ou huit ans : exonération sur les plus-values, rente viagère défiscalisée.
  • Le Plan d’épargne entreprise (PEE) permet aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières. En plus des abondements versés par l’employeur, vous pouvez l’alimenter comme vous le souhaitez, jusqu’à 25 % de votre rémunération brute annuelle. En entreprise, le Plan d’épargne retraite collectif (Perco) peut également vous être proposé.
  • Le Contrat retraite Madelin pour les TNS (Travailleurs Non-Salariés) est plus intéressant que le PERP sur le plan fiscal. Vous pouvez le débloquer en cas de force majeur : décès du conjoint, invalidité…

Et si vous pensiez au financement participatif ?

Seriez-vous peut-être tenté d’investir dans les PME, souvent des start-ups, grâce au financement participatif ? Si crowdfunding rime avec dons, il rime aussi avec investissements au capital de diverses entreprises. En 2015, selon le Baromètre du financement participatif, les Français ont ainsi investi 50,3 M€ (contre 10 M€ en 2013).