Améliorer votre retraite complémentaire
avec l'épargne retraite

Dernière modification : 05/02/2018

La retraite, ça se prépare ! Afin de vous aménager un futur 100 % confort, prenez les devants et découvrez les moyens d’orienter et d’accélérer votre épargne.

Plafond épargne retraite

Vous devez penser très tôt à préparer votre retraite avec des dispositifs d’épargne. Ils permettent des exonérations fiscales. © Hero Images/gettyimages

Vous êtes salarié du secteur privé

Salarié du secteur privé, vous bénéficiez également des régimes de retraite supplémentaire. Ce sont des engagements de retraite pris pour vous par votre ou vos employeur(s). Ces régimes s’ajoutent au régime de base et aux régimes complémentaires Arrco (pour les non-cadres) et Agirc (pour les cadres et assimilés), eux, obligatoires. Facultative, la retraite supplémentaire permet de vous constituer un capital pour votre retraite. Sur la base d’un accord collectif, non obligatoire, ou d’une décision unilatérale de votre employeur, votre entreprise souscrit auprès d’un assureur un contrat de retraite par capitalisation, au bénéfice de ses salariés. Le dispositif, mis en place dans toute entreprise, peut soit s’appliquer à tout le personnel, soit être restreint à certaines catégories. Au moment de votre départ à la retraite, l’assureur vous verse une rente supplémentaire, proportionnelle aux cotisations versées.

Pensez aussi  au Plan d’épargne retraite collectif (Perco), ce contrat d’entreprise bloqué jusqu’à la retraite, et transférable d’une entreprise à une autre. En tant que salarié, votre adhésion est facultative. L’entreprise peut effectuer des abondements dans la limite de 3 fois les versements du salarié, sans dépasser 16 % du plafond annuel de Sécurité sociale, soit, 6 357,12 euros en 2018. De votre côté, vous pouvez y verser vos primes d’intéressement et de participation, de l’épargne personnelle et même y transférer votre compte épargne temps.

mémo

Si l’accord collectif est commun à plusieurs entreprises d’une même branche professionnelle, le Perco est dit « interentreprises » (Percoi). Le plan d’épargne retraite d’entreprise (Pere) est alors mis en place suite à un accord collectif. Votre entreprise s’engage sur un montant de cotisation, fixé dans l’accord. Pour vous, salarié, les versements sont libres, facultatifs, et déductibles de votre revenu imposable. Au moment de votre retraite, la sortie se fait en rente. Aucun déblocage n’est possible avant, sauf conditions particulières.

Vous êtes salarié du secteur public

Fonctionnaire, vous êtes concerné par Préfon Retraite, un régime par points, facultatif, et géré par une association à but non lucratif. Préfon Retraite est ouvert aux :

  • aux agents de l’Etat, fonctionnaires ou contractuels, civils et militaires (y compris réservistes),
  • aux agents des établissements publics à caractère administratif, industriel et commercial,
  • aux agents des collectivités locales, titulaires ou non,
  • aux anciens agents (par exemple, même si vous travaillé pour une collectivité locale dans un centre aéré),
  • aux conjoints ou pacsés d’agents du service public,
  • aux veufs et veuves de fonctionnaires.

Cotisez jeune, épargnez moins

Grâce à Préfon Retraite, vous cotisez pour vous constituer une rente qui vous sera versée à vie. Vos cotisations sont converties en points dont la valeur dépend de votre âge au moment du versement. Par exemple, vous cotisez 912 € en 2017, vous obtenez 613 points si vous avez 25 ans, ou 450 points si vous êtes âgé de 40 ans. Pour faire simple : plus vous commencez à cotiser jeune, moins votre effort d’épargne sera important.

En 2018, les retraités, considérés comme « les plus aisés » par le gouvernement, c'est-à-dire à partir de 1 200 euros ou 1 350 euros de pension selon leur âge, vont subir une hausse de 1,7 point de CSG.

Vous pouvez cotiser entre 19 et 1 900 euros par mois maximum. Le montant et le rythme de vos versements des cotisations sont modulables. Pour racheter des années antérieures, vous pouvez verser des cotisations supplémentaires. Pendant la phase d’épargne, votre argent est bloqué, excepté en cas de situation difficile : invalidité, divorce, surendettement, etc.

Votre pension est versée sous forme de rente viagère, imposable à l’impôt sur le revenu. Elle peut être soit majorée si vous liquidez votre retraite après 60 ans, soit minorée si vous partez avant. 

mémo

Vous adhérez à Préfon Retraite, vous pouvez alors déduire de votre revenu net global l’ensemble des cotisations versées, dans la limite de 10% de vos revenus professionnels (nets de cotisations sociales et de frais professionnels) et de 8 fois le plafond annuel de la sécurité sociale.

Vous êtes travailleur indépendant

Choisissez le contrat-retraite Madelin et versez vos cotisations pour préparer votre retraite. Elles sont déductibles de vos bénéfices imposables dont le plafond est déterminé par une limite égale au plus élevé des deux montants suivants :

  • 10 % de la fraction du bénéfice imposable dans la limite de huit fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (Pass), auxquels s’ajoutent 15 % supplémentaires sur la fraction de ce bénéfice comprise entre une fois et huit fois le Pass,
  • 10 % du montant du Pass.

 

Par exemple, vous êtes indépendant et votre bénéfice est inférieur au Pass, soit 39 732 euros en 2018, votre plafond annuel des déductions est égal à 10 % d’un Pass, soit 3 973 euros en 2018.

L’argent épargné est bloqué jusqu’à l’âge de votre retraite prévu au contrat, sauf faillite, invalidité, divorce, surendettement. Si le contrat ne vous convient plus, la loi vous autorise à tout moment à transférer votre épargne vers un autre contrat « Madelin » plus intéressant. Cependant, les frais de transfert peuvent être payants. 

Pour tous les actifs, le Plan d’épargne retraite populaire (PERP)

Que vous soyez actif salarié ou non salarié, ouvrez un PERP. Pour cela, vous devez adhérer au Groupement d'épargne individuelle pour la retraite (GERP) chargé de souscrire le contrat. L’adhésion s’effectue par l’intermédiaire d’une banque, d’une banque en ligne, d’une compagnie d’assurance ou d’une mutuelle. Attention, n’oubliez pas que le PERP reste un contrat individuel.

Pendant la phase d’épargne et jusqu’à votre retraite, l’argent est indisponible. Vous ne pourrez pas la récupérer avant cette échéance, sauf dans certains cas très particuliers : invalidité, décès de votre époux ou de votre partenaire de Pacs, fin de vos droits au chômage, situation de surendettement ou liquidation judiciaire. Lors de votre départ en retraite, vous débloquerez votre épargne et toucherez votre rente viagère. Et si vous le souhaitez, vous pourrez aussi percevoir 20 % de votre capital tout de suite.

En cas de décès avant ou après la liquidation de vos droits à la retraite, la rente prévue peut être reversée sous forme de rente viagère à votre conjoint survivant ou à tout autre bénéficiaire désigné dans le plan. Vos enfants mineurs peuvent aussi la percevoir sous forme de rente éducation. 

mémo

Vos versements sont libres et facultatifs. Ils sont déductibles dans la limite de 10 % des revenus professionnels, nets de frais, perçus l’année précédente. La déduction ne peut être inférieure à 10 % du plafond annuel de la Sécurité sociale (minimum de déduction) ni excéder 10 % de 8 fois ce plafond (maximum déductible).

Zoom

En tant que salarié, l’ensemble de vos versements annuels sur les différents plans d’épargne salariale (PEE, Perco…) est limité à 25 % de votre rémunération annuelle brute. Vos versements volontaires sont non déductibles de vos revenus imposables. Vos sommes versées sur un Perco sont bloquées jusqu’à votre retraite. En cas de décès de votre époux ou partenaire de Pacs, d’invalidité, de surendettement, d’acquisition d’une résidence principale, de remise en état de votre résidence principale suite à une catastrophe naturelle, ou d’expiration de vos droits à l’assurance chômage, vous pouvez demander le déblocage anticipé des sommes versés sur votre Perco. À la retraite, l’épargne est disponible sous forme de rente ou de capital, selon l’option choisie.