Achat-vente en ligne, méfiez-vous des arnaques

Dernière modification : 20/03/2018

800 000 annonces postées par jour sur Le Bon Coin, plus d’un million d’offres sur Abritel… Et quelques tromperies ! Malgré les efforts des plateformes pour les éviter et la méfiance accrue des particuliers, les arnaques pullulent et les escrocs rivalisent d’ingéniosité. Voici quelques pistes pour maintenir votre vigilance en éveil.

L'essentiel

  • Méfiez-vous des sites qui ne sont pas « tiers de confiance »
  • Préférez les échanges de proximité, avec un paiement de la main à la main
  • Attentions aux paiements par mandats cash, virements internationaux, faux comptes Paypal
  • Refusez une ristourne proposée contre un paiement immédiat
  • Prudence avec un interlocuteur étranger sans compte bancaire en France

Préférez les sites « tiers de confiance »

Vous êtes vendeur et avez envoyé votre objet avant de recevoir le paiement. Vous attendez, attendez… pour rien. Votre argent n’arrivera jamais. Au pire, votre acheteur disparaît. Au mieux, il prétend n’avoir jamais rien reçu. Alors pour éviter cela, pensez toujours à envoyer vos objets en colis suivi. Soyez le plus précis possible. Détaillez vos annonces, ajoutez des photos, etc.
Vous êtes acheteur ? Vous avez payé l’objet ? Vous ne recevez rien ? Hélas, vous avez peu de chances de retrouver votre vendeur fictif. Souvent, il est trop tard pour faire opposition à votre paiement.
Au moindre doute, essayez de contacter le vendeur ou l’acheteur en direct, pas seulement par SMS ou email. Il refuse, ne répond pas, fuyez ! En règle générale, si vous n’êtes pas sur un site « tiers de confiance » où les transactions sont sécurisées, privilégiez les échanges de proximité et le paiement en cash de la main à la main.

Chèques en bois, virements annulés après encaissement…

Vous avez reçu le paiement, le montant du chèque ou du virement apparaît sur votre compte. Sans plus tarder, vous envoyez donc l’objet. Hélas, quelques jours après, vous êtes débité des sommes perçues car la banque s’est aperçue que le chèque était sans provisions, ou que le virement a été annulé. Ce qui est possible pendant plusieurs jours pour les virements internationaux. Avant d’envoyer l’objet, demandez à votre banque de vérifier au plus vite la solvabilité de votre interlocuteur. De préférence, évitez les virements internationaux.

Méfiez-vous des faux comptes Paypal

Exemple, après une transaction, vous recevez un faux email de Paypal qui vous confirme un virement par l’acheteur. Vérifiez scrupuleusement l’adresse, qui doit être XXX@paypal.fr ou @paypal.com. Et non @service-paypal.com ou paypal@gmail.com par exemple. Soyez vigilant et allez plutôt sur votre propre compte Paypal – sans cliquer sur les liens proposés sur le (faux) email – pour vérifier que le paiement a bien eu lieu.

Contrefaçons et prix cassés, soyez prudents !

Sac de luxe à prix canon, smartphone dernier cri 70% moins cher, baskets de marque hyper soldées : méfiez-vous ! Surtout si l’annonce ne propose que des photos extraites d’un catalogue, et non pas l’objet « en vrai ». Votre déception risque d’être forte en voyant que le sac est une copie en plastique, que la semelle des baskets se décolle, que l’Iphone 32 Go, pourtant 100 % identique et livré dans sa boîte d’origine, ne dispose que d’1 Go.
N’oubliez pas que la détention, comme la vente, de produits de contrefaçon constitue un délit. Ils peuvent vous être confisqués. Vous risquez une amende et jusqu’à trois ans de prison.

Locations saisonnières, fuyez les promos !

Un grand classique de l’arnaque à la location saisonnière : l’usurpation d’identité et d’annonce. Comment pouvez-vous déceler l’escroquerie ? Une belle ristourne est proposée si vous payez la totalité de la location immédiatement, par virement. Hélas, le procédé est difficilement décelable. En effet, l’escroc aura préalablement pris soin d’usurper une identité et des papiers officiels. Il se fait passer pour un client intéressé par une annonce et demande au propriétaire l’envoi d’une pièce d’identité avec un justificatif d’adresse, sous prétexte « qu’il craint les arnaques ». Après, il duplique l’annonce et propose un tarif avec ristourne pour paiement anticipé. Une fois les clients hameçonnés, il peut les rassurer avec des papiers officiels...

Redoublez de vigilance sur les virements internationaux

L’inverse arrive aussi : un faux locataire, à l’étranger, propose de virer une somme d’argent au propriétaire pour réserver une location pour l’été suivant. Mais « par erreur », il vire une somme trop importante, et demande donc au propriétaire de lui reverser la différence. Puis, le faux locataire annule son virement international (il a plusieurs jours pour le faire) qui est retiré du compte du propriétaire, mais ce dernier ne peut pas, lui, annuler son virement !

Locations immobilières, proscrivez le virement par mandat cash « en urgence »

L’arnaque consiste à dupliquer une annonce « honnête », mais avec un prix nettement plus bas. Prétexte courant pour justifier un prix bas ? « J’habite à l’étranger, je loue ma maison non pas pour l’argent mais pour qu’elle ne reste pas vide et soit entretenue. » Une fois les clients accrochés, l’escroc les presse de réaliser un virement par mandat cash en urgence pour « réserver » la location.

A savoir

Si vous avez été victime d’une malversation, portez plainte auprès d’un commissariat ou de la gendarmerie. Vos chances de voir l’escroc interpelé sont minimes, tout comme celles de récupérer votre argent. Mais cela peut vous aider à exiger un remboursement par une assurance, si vous y avez souscrit, ou par votre banque dans certains cas. Alertez aussi la Direction départementale de la protection des populations.