Location saisonnière
Pensez à déclarer vos revenus !

Dernière modification : 09/04/2018

Tous les revenus d’une location saisonnière sont à déclarer. L’administration fiscale encadre les revenus de l’économie collaborative. Les plates-formes sont désormais obligées de vous transmettre le montant annuel de vos transactions. Il ne vous restera plus qu'à les reporter dans la case requise !

L'essentiel

  • Vous devez déclarer vos revenus de locations meublées dès le premier euro perçu
  • Vous avez peu de risques d'être déclarés « loueurs professionnels »
  • Dans la majorité des locations entre particuliers, il suffit de remplir une case sur la déclaration d'impôts complémentaire « 2042 C Pro »
  • Les plates-formes de mise en relation sont obligées de vous envoyer un récapitulatif de vos gains
Fiscalité des locations saisonnières

Depuis 2016, la fiscalité de la location saisonnière entre particuliers a changé. © Lucia Lambriex/gettyimages

Déclarez vos revenus dès le premier euro perçu

Vous devez bien déclarer, dès le premier euro perçu, tous les revenus obtenus grâce à la location de votre habitation meublée via une plate-forme en ligne comme AirBnb
Seuls les revenus tirés de la « coconsommation » bénéficient encore d'une exonération d'impôts sur le revenu. En clair, ceux liés à un partage de frais, comme dans le covoiturage ou le co-cooking. Et le fisc précise bien : « Ne bénéficient pas de cette exonération les revenus tirés par un contribuable de la location d'un élément de son patrimoine personnel comme, par exemple, la location, saisonnière ou non, de sa résidence principale ou secondaire ».

Vous êtes loueur professionnel

Pour être considéré loueur professionnel, vous devez réunir trois conditions :

  • le total des recettes annuelles doit dépasser 23 000 € en 2016 (soit près de 2 000 € par mois !)
  • il doit dépasser les autres revenus d'activité du foyer fiscal
  • le bailleur doit être inscrit au registre du commerce en qualité de loueur professionnel

Tous les autres loueurs sont considérés comme des loueurs non professionnels.

Si vos revenus sont peu importants, vous avez peu de risques de devoir vous inscrire comme loueur professionnel et de vous affilier au régime général.

Vous êtes loueur non professionnel

Dans ce cas, la déclaration est assez simple. Vous devez déclarer vos revenus sur un formulaire complémentaire « 2042 C Pro » dans la rubrique « Locations meublées non professionnelles ».
En dessous d'un chiffre d'affaires de 32 900 euros HT (pour 2016), vous dépendez du « Régime des micro-entreprises ». Vos revenus locatifs doivent être déclarés en case 5ND.
Indiquez le montant total des sommes encaissées. Le fisc appliquera un abattement forfaitaire de 50 % avec un minimum de 305 euros pour vos charges.
Pour les locations de gîtes ruraux, chambres d'hôtes et meublés de tourisme, le seuil à ne pas dépasser pour rester au Régime des micro-entreprises est de 82 200 euros HT pour 2016, avec un taux d'abattement forfaitaire de 71% représentatif des charges (case 5 NG).

Recevez le récapitulatif de vos transactions via la plate-forme

Depuis le 1er juillet 2016, les plates-formes de location entre particuliers ont l'obligation, après chaque location, de vous informer de vos obligations fiscales. En janvier de chaque année, elles doivent vous envoyer un récapitulatif des transactions que vous avez réalisées l'année précédente pour que vous puissiez reporter facilement cette somme dans la case adéquate lors de votre déclaration !
Pour l'instant, les plates-formes ne transmettent pas ces informations au fisc… Mais elles seront obligées de le faire dès 2019. Ces sommes devraient apparaître dans les déclarations préremplies.

20 milliards d'euros

Le chiffre d'affaires estimé du secteur de l'économie collaborative en 2013. Il devrait atteindre les 302 milliards d'euros en 2025 !
Source : Forbes, Etude PWC, TNS Sofres, pour le ministère de l'Economie

49€/an

Le gain moyen des Français avec l’économie collaborative.
Cette somme se décompose en 257 euros économisés (achat d’occasion, covoiturage...), et 238 euros gagnés (vente d’objets, location de son logement...).
Source : Etude CSA Research pour Cofidis janvier 2017

A Paris, n'oubliez pas de vous déclarer

Les propriétaires parisiens, lyonnais, et bordelais qui louent leur logement meublé touristique, quelle que soit la durée de location, doivent se déclarer à la mairie afin d’obtenir un numéro d'enregistrement. Celui-ci doit impérativement figurer sur leur annonce.

Plus d'articles sur le même sujet :