Colocation
5 règles à connaître avant de se lancer

Dernière modification : 16/01/2018

La colocation séduit les étudiants, les jeunes actifs et même les seniors. Quelques clés indispensables avant de signer votre bail et de découvrir ce mode de vie rentable et convivial.

Règles à connaître pour la colocation

La colocation séduit les jeunes et les moins jeunes. Quelques conseils avant de signer un bail. © Hoxton/Justin Pumfrey / Getty Images

L'essentiel

  • Pour être protégé, chaque colocataire doit être signataire du bail de colocation
  • Dans une colocation à bail unique, la surface minimale habitable est de 16 m2 pour deux personnes, 25 m2 pour trois ou encore 34 m2 pour quatre
  • Le montant du loyer est libre, sauf en zone tendue
  • Les charges sont versées soit en provisions régularisables une fois par an, soit en forfait fixé et définitif
  • Dans le bail, la clause de solidarité peut vous contraindre à régler les impayés de vos colocataires

16 %

Le pourcentage des Français qui ont déjà vécu en colocation :
31 % chez les 18-24 ans et 8 % chez les 50-64 ans

25 ans

L’âge moyen des colocataires en France
54 % des colocataires sont actifs, 45 % étudiants, 1 % retraités

83 %

Le pourcentage de colocataires français pour qui le côté financier reste la principale motivation

Source, Sondage CSA pour Guy Hoquet, juin 2014

Signez un bail de colocation

Pour être un «  vrai » colocataire, vous devez impérativement figurer au bail de colocation. A défaut, et même si vous participez au paiement du loyer, vous ne serez qu’un occupant sans droit ni titre, donc sans protection ! Apposez votre signature sur le contrat et vous serez considéré comme locataire. Vous pourrez même obtenir une aide au logement de la Caisse d’allocations familiales (CAF).
Votre bailleur peut proposer deux types de bail :

  • le bail unique, un contrat de colocation signé par l’ensemble des colocataires.
  • les baux multiples, chaque colocataire signe un bail indépendant.

Les deux formules sont valables même si la première reste la plus courante.

Vérifiez la surface habitable du logement

Dans le cadre d’une colocation à bail unique, votre logement doit être d’une superficie habitable d’au moins 16 m2 pour deux personnes. Puis, comptez 9 m2 supplémentaires pour chaque autre colocataire. Soit 25 m2 pour 3 colocataires, 34 m2 pour 4 colocataires, etc.
Si vous habitez dans une colocation à baux multiples, votre logement doit offrir à chaque colocataire un espace privé (hors installations et pièces communes) d’une superficie d’au moins 14 m2.
Face à ces exigences, pas étonnant que les colocations à baux multiples attirent moins.

Fixez la quote-part du loyer et des charges

Le prix du loyer est libre. Vous pouvez donc tenter de le négocier à la baisse. En revanche, si votre logement se situe en « zone tendue », le montant total du loyer peut être encadré, voire plafonné si vous habitez Paris ou Lille.

Côté charges, deux solutions s’offrent à vous :

  • comme dans une location classique, vous versez une provision mensuelle pour les charges. Votre propriétaire doit effectuer une régularisation annuelle en fonction des dépenses qu’il a réellement supportées et des sommes que vous avez payées. Ce calcul aboutit à un remboursement du trop-perçu par votre bailleur ou au paiement d’un complément par les colocataires.
  • votre contrat peut aussi prévoir (depuis la loi Alur du 24 mars 2014) le paiement d’un forfait de charges versé simultanément au loyer. Ici, aucune régularisation, le paiement est définitif.

Gérez la clause de solidarité

Entre colocataires, vous êtes solidaires. Chaque colocataire est tenu de payer sa quote-part du loyer et des charges au bailleur. Mais quand le bail contient une clause de solidarité (presque toujours), chaque colocataire peut être tenu de payer la totalité des loyers, des charges mais aussi des réparations locatives dues au bailleur. En clair, en cas d’impayés, le bailleur peut vous demander de payer pour les autres. A charge pour vous ensuite de vous faire rembourser par votre/vos colocataire(s)...

Négociez pour cadrer l’engagement de votre caution

Les bailleurs exigent souvent de chaque colocataire une caution. Une personne s’engage à payer à leur place toutes les sommes dues et impayées. En général, ce cautionnement est solidaire. Ainsi, le propriétaire peut s’adresser directement à la personne désignée comme caution pour la totalité de la dette sans avoir au préalable à poursuivre les colocataires en défaut de paiement. Protégez la personne qui s’est portée caution pour vous des colocataires défaillants. Négociez avec le bailleur que son engagement se limite à votre quote-part du loyer et des charges. Si chacun fournit sa propre caution, il acceptera.

Modèle de bail de colocation

Téléchargez le contrat de colocation adapté à votre logement et comparez-le avec celui de votre bailleur

Zoom

Colocation, que dit la loi ?
La colocation est définie comme la location d'un même logement par plusieurs locataires, constituant leur résidence principale. Elle est formalisée par la conclusion d'un contrat unique ou de plusieurs contrats entre les locataires et le bailleur. Les époux et les partenaires de Pacs, même s’ils signent conjointement le bail, ne sont pas concernés par les règles spécifiques à la colocation.