Colocation
Les bons comptes entre amis

Dernière modification : 16/01/2018

Faute de budget suffisant, la colocation est souvent une solution économique car elle permet de mutualiser les dépenses. Pour bien gérer le partage des charges, organisez-vous. Voici quelques conseils pratiques.

L'essentiel

  • Listez les dépenses communes, établissez un budget mensuel, déterminez la quote-part de chacun
  • Un seul colocataire peut se charger du paiement des dépenses courantes, à charge pour les autres d’alimenter son compte à proportion de leur quote-part
  • Ouvrir un compte bancaire joint est envisageable mais risqué
  • Partager les courses alimentaires est plus rentable mais chaque coloc’ doit trouver sa propre organisation
  • Des outils de gestion permettent de faire les comptes entre colocs

Organisez le partage du loyer et des charges locatives

Si chaque colocataire a signé son propre bail, chacun est responsable du règlement de son loyer et de ses charges auprès du bailleur. A l’inverse, et c’est le cas le plus fréquent, si la colocation est organisée autour d’un bail unique, chacun est redevable de sa quote-part de loyer et de charges locatives, tout en étant solidaire du tout. En général, le bailleur exige un paiement unique, à charge pour vous et vos colocataires de vous organiser pour effectuer un paiement collectif. L’un d’entre vous peut ainsi recevoir sur son compte bancaire l’ensemble des contributions et effectuer le paiement auprès du bailleur. Dans ce cas, mettez en place des virements automatiques pour éviter que le colocataire en charge du paiement global n’ait à courir après chaque occupant en fin de mois.

Ouvrez ou pas un compte joint

Avec un compte bancaire joint, il est plus facile de gérer les dépenses communes. Un bémol toutefois : en cas d’incident, vous êtes tous responsables en tant que cotitulaires du compte. Tout repose sur la relation de confiance entre colocataires. Pour limiter les risques, un conseil : fixez certaines limites avec la banque. Par exemple, pas de découvert autorisé et un plafond de carte bancaire bas.

Inscrivez les noms des colocataires sur les contrats, électricité, eau, chauffage…

Lors de l’ouverture de vos abonnements électricité, gaz, eau, Internet… Inscrivez les noms de tous les colocataires sur les contrats. Ainsi, les factures pourront servir de justificatifs de domicile à chacun si besoin. Puis, optez de préférence pour le paiement mensuel auprès de ces fournisseurs. Pensez aussi à faire estimer votre consommation au plus près : selon vos équipements, le nombre d’occupants dans le logement, etc.  Enfin, déterminez le budget mensuel nécessaire au paiement de ces factures.

Examinez l’assurance et la taxe d’habitation

Si chaque occupant a souscrit son propre contrat d’assurance habitation, il vous appartient de payer votre prime directement à votre assureur. Si vous avez choisi l’option d’un contrat collectif, et c’est plutôt conseillé, intégrez le montant de la cotisation au budget mensuel, au même titre que les factures du logement. Faites de même avec la taxe d’habitation. Pour la première année, renseignez-vous auprès des précédents occupants ou du bailleur pour connaître le montant approximatif de l’impôt afin de provisionner la somme à payer à la mi-novembre. N’oubliez pas d’y ajouter 137 € au titre de la contribution à l’audiovisuel public (redevance TV). Un conseil : rédigez le pacte de colocation et déterminez ainsi la règle que vous appliquerez entre vous. Posez-vous, tous ensembles, les bonnes questions : chaque colocataire doit-il régler l’intégralité de sa quote-part de la taxe d’habitation s’il était présent au 1er janvier dans le logement ? Ou doit-il la régler au prorata de sa présence, ce qui implique que le colocataire remplaçant contribue dès son arrivée au paiement de cet impôt ?

Simplifiez le quotidien côté courses alimentaires et produits ménagers

Si vous choisissez de séparer vos dépenses de courses alimentaires, chacun se charge d’effectuer ses propres courses. Chaque occupant possède son étagère dans le frigo et un espace dédié dans un placard de la cuisine. Cette solution a le mérite de simplifier les comptes. Pour les dépenses communes (produits d’entretien, papier toilette, etc.), faites un pot commun, c’est plus économique, mais aussi plus convivial ! Dans ce cas, organisez-vous. Chaque colocation doit trouver ses propres règles en fonction du nombre de colocataires, des habitudes de vie de chacun, etc. Vous pouvez par exemple faire les courses chacun votre tour. Si plusieurs d’entre vous sont absents aux repas du midi et du soir, il est possible de mettre en commun uniquement les courses du petit déjeuner, etc.

Utilisez les outils de gestion

Pour suivre les dépenses communes et vérifier que chacun contribue bien à sa quote-part, optez pour une application spécifique telle que Bankin’ ou Ze-Colo. C’est gratuit et cela vous permet à tous de gérer le budget de votre colocation en ligne. Vous pouvez faire les comptes au moyen d’un fichier Excel. Vous indiquez au fil du mois l’ensemble des dépenses réalisées : frais fixes (loyer, abonnement Internet…), dépenses variables (factures électricité, courses alimentaires…), identité du colocataire qui a payé. Et insérez les formules de calculs permettant de visualiser ce que chacun doit payer ou ce qui doit lui être remboursé. Enfin, au moment du départ, effectuez « un arrêté des comptes » pour vous assurer que le colocataire partant est à jour de tout ce qu’il doit.

Ze-Coloc

Pour télécharger l’application Ze-Coloc :
Version Android
Version iOS

Zoom

Reprenez l’ensemble des règles de partage ainsi établies dans un pacte de colocation. Ce document essentiel dans une colocation décrit ses conditions de fonctionnement et organise votre vie collective.