Colocation
Comment choisir la bonne assurance ?

Dernière modification : 16/01/2018

Pour assurer votre colocation : chacun son contrat ou un contrat unique pour tous ? Les deux sont possibles, l’essentiel étant que le logement soit bien assuré. Non seulement la loi vous y oblige mais c’est aussi la garantie de protéger vos objets personnels.

Assurance habitation en colocation

La loi oblige à ce que le logement soit assuré. Chaque colocataire peut aussi garantir ses objets personnels. © Maskot / Getty Images

L'essentiel

  • Les colocataires ont obligation d’assurer le logement contre les risques locatifs
  • A défaut, votre bail peut être résilié, le bailleur peut d’office souscrire à un contrat à vos frais
  • Pour être bien protégé, souscrivez à une assurance multirisques habitation
  • Vous pouvez, au choix, souscrire à un contrat unique d’assurance ou à plusieurs contrats individuels

Souscrivez à un contrat habitation, c’est obligatoire

La loi oblige locataires et colocataires à s’assurer contre les risques locatifs. Pour prouver que vous avez bien souscrit à un contrat d’assurance habitation, vous devez remettre une attestation au bailleur lors de la remise des clés. Puis, chaque année, lui fournir un nouveau justificatif.

Evitez le défaut d’assurance…

Respectez bien cette obligation, particulièrement si votre bail de colocation contient une clause de résiliation de plein droit pour défaut d’assurance. Si votre bailleur ne reçoit pas votre attestation, il peut vous rappeler à l’ordre en vous adressant un commandement. Après un mois, et si rien n’a été fait, il est autorisé soit à mettre fin au bail pour défaut d’assurance, soit à en souscrire une pour votre compte (limitée à la couverture de la responsabilité locative) et à récupérer le montant de la cotisation auprès des colocataires. Pour se rembourser, le bailleur ajoute alors 1/12e du montant total de la prime d’assurance annuelle à chaque paiement du loyer. Pour se dédommager des démarches effectuées, il peut aussi appliquer une majoration de 10%.

Privilégiez un contrat multirisques habitation

Pour anticiper toute difficulté, vous devez souscrire un contrat d’assurance avant d’entrer dans les lieux. A minima, ce document doit couvrir les risques locatifs, c’est à dire les dommages causés au logement par un incendie, une explosion, un dégât des eaux. Un tel contrat ne couvre pas les dégâts causés à vos biens personnels ou aux voisins auxquels vous devrez rembourser de votre poche le préjudice selon votre quote-part du loyer. L’idéal pour être bien couvert est de souscrire à une assurance multirisques habitation qui garantit vos biens contre un incendie, un dégât des eaux, etc. Mais aussi le plus souvent contre le vol et votre responsabilité civile.

Chacun son contrat d’assurance ou un contrat pour tous ?

Vous pouvez, au choix, souscrire à un seul contrat couvrant tous les colocataires ou souscrire à un contrat d’assurance individuel pour chaque colocataire. En cas de contrat unique, veillez à bien faire figurer le nom de chacun. En cas de changement de colocataire, pensez à contacter l’assureur pour mettre à jour le contrat initial. Si vous optez pour des contrats individuels, adressez-vous de préférence au même organisme, en cas de sinistre, le risque de litiges sera limité.

Couvrez l’ensemble de vos biens

Afin de protéger efficacement l’ensemble de vos effets personnels, prenez le temps d’estimer leur valeur au moment de la souscription du contrat d’assurance habitation et ajustez le niveau de garantie. En effet, tous les contrats prévoient un plafond s’agissant de la valeur des objets garantis. S’ils ne sont pas assurés pour leur valeur réelle, vous conserverez en cas de sinistre une part de dommage à votre charge (cambriolage, incendie, etc.). Envisagez également la souscription de garanties optionnelles. Certains assureurs proposent de vous couvrir en cas de dommages électriques, de garantir le contenu de votre congélateur, votre mobilier de jardin, etc. Enfin, après quelques années, pensez à vérifier que votre niveau de couverture est conforme à vos besoins, au regard de l’acquisition de vos nouveaux biens.