Auto-entrepreneur :
comment obtenir votre prêt bancaire ?

Dernière modification : 18/04/2018

Pour financer votre activité, le prêt auto-entrepreneur est souvent une nécessité. Pas facile à obtenir, un dossier solide est indispensable pour convaincre votre banquier. Mais il existe aussi des solutions alternatives. Tour d'horizon des différentes opportunités qui s'offrent aux auto-entrepreneurs.

Prêt bancaire pour un auto-entrepreneur

Pour financer votre activité, le prêt auto-entrepreneur nécessite de constituer un dossier solide. © Alto/Eric Audras/GettyImages

L'essentiel

  • Pour obtenir votre prêt, soyez rigoureux et présentez un dossier solide à votre banquier
  • Pensez au crédit-bail pour financer le matériel
  • Votre prêt bancaire est refusé ? D’autres solutions existent : prêt d’honneur, microcrédit professionnel, financement Nacre

Le prêt auto-entrepreneur, un indispensable

Pour lancer ou développer une activité, le prêt auto-entrepreneur est souvent nécessaire. Financer l’achat de matériel, louer un local, constituer un fonds de roulement… Avec un statut qui, par définition, plafonne le chiffre d’affaires, obtenir un prêt bancaire peut s’avérer compliqué.

Après deux ou trois ans d’activité et un solde positif permanent sur votre compte bancaire, vous obtiendrez plus facilement un crédit. Même si le statut simplifie la comptabilité et n’oblige pas à la présentation d’un bilan annuel, tenir minutieusement vos comptes est l’un des meilleurs moyens de rassurer votre banquier (ou un autre établissement financier) sur la bonne santé de votre entreprise. 

Présentez un dossier solide à votre banquier

Pour convaincre votre banquier et obtenir votre prêt bancaire, présentez un dossier béton. Ainsi, si vous débutez votre activité, un plan de trésorerie prévisionnel et un apport personnel apparaîtront souvent nécessaires. Cet apport peut provenir de votre épargne, de vos fonds propres… 

Pour le matériel, pensez au crédit-bail

En ligne ou physique, votre banque peut vous proposer un crédit-bail si vous avez besoin de matériel neuf. Dans ce cas, c’est l’établissement financier qui acquiert ce matériel et vous le loue sur une période de trois à sept ans. Au niveau de la trésorerie, ce loyer mensuel entrera dans vos charges d’exploitation et, en fin de période, vous aurez la possibilité de racheter les équipements concernés, en fonction de leur valeur résiduelle. Si le crédit-bail est une solution intéressante, au même titre d’ailleurs que la LOA (location avec option d’achat) pour un véhicule, ses intérêts d’emprunts ne sont pas déductibles des charges.

Des solutions alternatives au prêt bancaire

Au-delà du prêt auto-entrepreneur et du crédit-bail, d’autres solutions existent :

  • Le prêt d’honneur. Il est accordé par des organismes d’aide aux créateurs d’entreprise et par certaines banques. Consenti sans intérêt ni demande de garantie, il peut faire l’objet d’un différé de remboursement d’un an maximum. Destiné à financer les investissements et les besoins en fonds de roulement, le prêt d’honneur s’adresse aux nouveaux entrepreneurs ou à ceux qui exercent leur activité depuis moins de trois ans. Notez qu’il peut aussi servir d’apport lors d’une demande de crédit classique.
  • Le microcrédit professionnel. C’est la solution en cas de refus de prêt, ou simplement pour démarrer votre activité. Son montant varie de 3 000 à 10 000 euros en fonction des besoins de l’activité (stock, matériel, véhicule) et les taux d’intérêts fixes sont de 7,63 % ou 6,69 %. Le remboursement de cet emprunt s’effectue sur quarante-huit mois maximum.
  • Le financement Nacre. Ce prêt à taux zéro d’un montant de 1 000 à 8 000 euros s’adresse aux demandeurs d’emploi souhaitant créer ou reprendre une entreprise. Il est délivré par des organismes ayant passé une convention avec l'État.

Compte personnel ou compte professionnel ?

Depuis 2015, les auto-entrepreneurs ont l’obligation d’avoir un compte bancaire dédié à la gestion de leur entreprise. Ce compte n’est pas systématiquement un compte professionnel, cela peut tout à fait être un compte personnel. Néanmoins, si les frais de gestion sont plus élevés, le compte professionnel présente plusieurs avantages dont l’autorisation de découvert et d’autres crédits de trésorerie, l’obtention de prêts spécifiques, des moyens de paiement au nom de l’entreprise… Pensez à vous renseigner sur les offres spéciales destinées aux auto-entrepreneurs, elles sont fréquentes dans les établissements bancaires.