Bien se lancer dans une activité artistique

Dernière modification : 15/01/2018

Vous souhaitez vivre de votre passion et embrasser une carrière d’artiste. Voici nos conseils pour démarrer votre activité artistique et réussir votre entrée en scène.

L'essentiel

  • En cas de cumul professionnel, votre activité principale est celle pour laquelle vous touchez la plus grande rémunération. Vous dépendrez du régime social qui lui correspond
  • Pour payer les charges sociales liées à vos revenus artistiques, vous devez cotiser à la MDA ou l’Agessa
  • Si votre chiffre d’affaires artistique annuel est inférieur à 33 100 euros, vous pourrez opter pour le régime des micro-BNC. S’il est supérieur, optez pour le régime de déclaration contrôlée
  • Avant de vous reconvertir dans une activité artistique, établissez un bilan financier et prévisionnel
Se lancer dans une activité artistique

Quelques conseils avant de vous lancer dans une activité artistique. © Rawpixel.com/Shutterstock

Vous vous lancez dans une activité artistique en plus de votre job actuel, comment pouvez-vous cumuler les deux ?

Au moment de vous lancer dans une carrière artistique, conservez dans un premier temps votre job actuel.  Vous disposerez ainsi d’une certaine sécurité en attendant que votre vie d’artiste soit suffisamment stable et prospère.

Rejoignez la MDA ou l’Agessa

Pour réussir ce cumul professionnel, suivez impérativement quelques règles. Distinguez bien toutes vos activités et respectez pour chacune d’entre elles, les obligations légales, fiscales et sociales qui s’y rapportent.
En premier lieu, faites le point sur vos rémunérations pour déterminer quelle est votre activité principale. Le job qui vous rapporte le plus d’argent servira de référence à l’administration. Vous dépendrez du régime social qui lui correspond. Selon la nature de votre activité artistique, vous pouvez adhérer soit à la Maison des artistes pour les arts graphiques et plastiques, soit à l’Agessa pour les auteurs de livres, musique, cinéma ou photos. Car vos revenus secondaires seront soumis à des charges sociales. Pour vous en acquitter, vous devez cotiser auprès du régime des artistes-auteurs en étant assujetti à la MDA ou à l’Agessa.

Validez votre activité sur le plan légal

Pour être payé de votre travail artistique, vous devez avoir un statut juridique afin de pouvoir émettre des documents comptables (notes d’auteur, factures…). Si vous êtes déjà auto-entrepreneur, votre statut est incompatible avec vos activités d’artistes-auteurs. Vous devez créer une entreprise individuelle auprès d’un Centre de formalité des entreprises des Ursaff. Puis déclarer des bénéfices non commerciaux (BNC).

  • Si votre chiffre d’affaires artistique annuel hors taxes pour 2017, 2018 et 2019 est inférieur à 33 100 euros, vous pourrez opter pour le régime des micro-BNC. Vous bénéficierez alors d’un abattement fiscal de 34 % correspondant à l’évaluation forfaitaire de vos charges ;
  • Si votre chiffre d’affaires artistique annuel hors taxes pour 2017, 2018 et 2019  est supérieur à 33 100 euros, vous dépendrez des BNC avec déclaration contrôlée. Le bénéfice imposable sera celui dégagé par votre activité. Soit la différence entre les revenus artistiques encaissés et les frais professionnels payés au cours de l’année.

Vous êtes artiste et souhaitez vivre de votre passion, comment réussir votre reconversion

Vous souhaitez changer d’orientation professionnelle et vivre de vos créations artistiques ? Donnez-vous les moyens de réaliser votre rêve. Au programme, motivation et persévérance. Avec, à la clé, un épanouissement personnel et professionnel.

Première étape, faites le bilan

Avant de franchir le pas, prenez le temps d’établir un bilan financier. Vous devez avoir une vision claire de votre situation actuelle pour estimer celle à venir.
Créez un tableau, avec deux colonnes :

  • l’une consacrée à vos actifs avec vos ressources : solde des comptes courant ou d’épargne, économies disponibles, investissements mobiliers ou immobiliers…
  • l’autre dédiée à votre passif, avec vos frais actuels et vos obligations : loyer, prêt, crédit, factures à payer, taxes ou impôts à venir…

Faites le total des sommes de chaque colonne. Soustrayez le résultat de votre passif à celui de votre actif. Vous obtenez ainsi la valeur de ce dont vous disposez.

Seconde étape, projetez-vous

Rédigez un prévisionnel pour votre future entreprise. C’est un bon moyen de mesurer concrètement le risque que vous prenez. Fixez-vous des objectifs.
Pour bâtir ce prévisionnel, listez vos dépenses à venir : matériel, personnel, local, charges, impôts, investissements, rémunération… Puis, évaluez votre chiffre d’affaires potentiel, envisagez le nombre d’œuvres qu’il est possible de créer, leur prix, les clients ciblés…
Faites-le d’abord sur 12 mois puis, 24, et 36. Ainsi, vous arriverez à un plan de gestion à trois ans. Essayez d’être réaliste dans vos évaluations. Une vision juste vous permettra en effet d’anticiper réellement les difficultés et de bien estimer la cohérence de votre projet.

Ou alors, construisez des scénarios différents volontairement optimistes ou pessimistes pour imaginer tous les futurs possibles. Si la gestion ne fait pas partie de vos compétences actuelles, tournez-vous vers un professionnel ou une association pour vous guider dans l’élaboration de ce cadre. Beaucoup  d’aides existent. Elles servent aussi à vous rassurer. C’est un facteur essentiel dans le lancement de votre activité. 

Des formations pour vous aider

Mettez toutes les chances de votre côté, faites-vous accompagner dans votre changement de vie par des organismes ou des associations :

  • l’Institut des métiers d’art aide les adultes en reconversion avec des formations courtes ou longues, certifiantes ou diplômantes, dans la plupart des domaines artistiques. C’est un bon moyen pour vous lancer en douceur et multiplier les contacts avant le grand saut
  • la Maison des artistes et l’Agessa organisent des réunions d’informations pour guider les artistes dans leur début d’activité

Ainsi, vous prendrez connaissance des démarches à effectuer, et ferez le point sur vos droits et obligations.


Chiffres au 1er janvier 2017, source Service public.fr

365 000

Le nombre de personnes qui travaillent à titre principal comme artistes, auteurs, photographes, graphistes, designers, artisans, ouvriers d’art ou encore personnels technico-artistiques des spectacles
Source : Insee, 2009.

210 663

Le nombre de cotisants à l’Agessa dont 16 033 affiliés et 194 630 assujettis

58 625

Le nombre de cotisants à la Maison des artistes dont 21 649 affiliés et 36 976 assujettis
Source : Maison des artistes, en 2015